Pamphlet

Est-ce grave docteur ?

Plan d'Aups le 22 juillet 2009

Notre grand corps médicalo-sociétal serait atteint d’un mal que d’aucuns qualifient de forme cancérigène évoluée : l’hospitalocentrose. (*)

La cellule mère D(.)H(.)O(.)S(.) a subi une attaque du virus de la collectivose, mutant du virus, pourtant éradiqué à la fin des années 80 du siècle dernier, originaire des steppes de l’est européen, dénommé en ce temps là communismose.

La colonisation virale s’est portée vers les cellules nerveuses centrales du type D(.)G(.)S(.), D(.)G(.)A(.)S(.).

La cellule mère a bien donné naissance à des cellules filles du type C(.)H(.)U(.), H(.)P(.), ou H(.)P(.)L(.), regroupés dans une grande Famille H(.)F(.), qui ont elles-mêmes mutées sous diverses formes institutionnelles très cloisonnées.

Il s’en est suivi une prolifération importante et anarchique de cellules anormales ayant la capacité d’envahir et de détruire le tissu sociétal.

Ne pouvant rester confinées dans leur propre enveloppe sous peine de mort, ces cellules utilisent un facteur de croissance,
permettant d’ouvrir une voie d’accès aux vaisseaux d’irrigation pour combler une grande partie de leur déficit cellulaire: la ponction euronale.

 

Toute cellule sociétale saine, du type domicilium, pouvant être irrigué par des liquidités euronales du type C(.)P(.)A(.)M(.), C(.)N(.)S(.)A(.), C(.)N(.)A(.)V(.), ou ciblées du type P(.)A(.)08-12, ou P(.)S(.)G(.)A(.) est irrémédiablement ponctionnée dans le cadre d’une stratégie cellulaire unique définie par les cellules nerveuses centrales.

Les dernières publications sur leur budgétose font apparaitre une ponction à prés de 90% des liquidités euronales du système d’irrigation PH/PA qui n’apportent malheureusement aucune guérison au principe d’équilibre.

Ainsi les effets secondaires de l’hospitalocentrose se développent et principalement la déficitose.

Après plusieurs études, différents remèdes, qualifiés d’emplâtres, ont été élaborés par nos plus grands laboratoires et appliqués dans l’ensemble des zones atteintes sans effets à court, moyen, ni long termes, car basés sur le toujours plus de liquide euronal.

Le dernier diagnostic avec définition d’un traitement à base de régionémycine (dénommé par certains « remède de Cheval » proposé par l’Eminent Consulteur G. L.

La décision a été prise d’éradiquer du grand corps médicalo-sociétal, de manière systémique, toutes les métastases des zones (ou régions) atteintes où elles se sont développées, par une réorganisation logique du tissu cellulaire sociétal.

Le laboratoire pharmaceutique R.B.N a mis au point une cellule dénommée Agent Résolument Soporifique (ARS) devant se trouver dans toutes les pharmacies, même celles implantées en milieu rural, d’ici la fin de cette année 2009.

L’annonce de ce traitement drastique a provoqué des convulsions spasmodiques qui ont nécessité un senatus-consultum.

De sources sures, émanant de milieux spécialisés bien informés, il apparaitrait que la solution médicamenteuse préconisé ne pourra suffire pour une rémission totale de ce cancer qu’est l’hospitalocentrose et qu’il sera nécessaire à très court terme, d’effectuer une opération chirurgicale de grande envergure devant amené des ablations partielles des cellules les plus atteintes, dont certaines cellules nerveuses centrales.

Pour ces adeptes de la chirurgie, sans cette opération pourtant très risquée, c’est une mort certaine.

Le Professeur de chirurgie organisationnelle des systèmes centraux, N.S et son équipe, serait prêt à mener l’opération si la dernière proposition médicamenteuse ne menait pas à une guérison totale.

 

(*) : (à lire pour se faire une idée)

 

Jean Claude Caudéran

 
< Précédent   Suivant >
facebook

hardy

 
Cliquer pour télécharger la présentation
(L'Amitié - Françoise Hardy)

Qui est en ligne

Visiteurs: 1084591