Maintien à domicile

90% des malades maintenus à domicile
Les enquêtes tant nationales, qu'européennes ou nord-américaines, précisent que 90% des malades sont maintenus à domicile. Hospitalisation et maisons d'accueil n'intéressent que 10% des malades.

Le plan « Alzheimer 2004/2007 » favorise plus la création de lits ou de places en accueil de jour que le maintien à domicile.


Ce qui veut dire que 90% des financements vont à 10% des malades.


A domicile, les malades sont traités par la médecine libérale, la meilleure en France, médecins de famille et neurologues.

Ils disposent de soins infirmiers (2 à 3 fois par jour), de séances de kiné, (4 à 5 fois par semaine), et d'orthophoniste (1 à 2 fois par semaine).
Ces équipes de soins médicaux ont des qualités trop souvent méconnues:

·         compétences médicales et humaines,

·         dévouement, disponibilité à toute heure du jour et de la nuit,

·         à l'écoute du malade, de l'aidant et de la famille.
Ces qualités que l'on ne retrouve pas toujours dans les institutions beaucoup trop déshumanisées, ne sont pas toujours reconnues et trop souvent combattues par les idéologues du collectivisme de ces institutions et de certaine mouvance associative.

Est-il institutionnellement normal que les Hôpitaux soient responsables et gestionnaires de l'hospitalisation à domicile, favorisant ainsi les citoyens des agglomérations au détriment des citoyens campagnards ?


Les montants collectés par le « Lundi de Pentecôte » constitue un nouveau financement.  C'est un bon moyen de solidarité nationale. Il doit être reconnu et soutenu. Il ne peut être destiné qu'au malade et à sa famille.


Nous voulons que le choix familial du maintien à domicile soit RECONNU, CONSIDERE et surtout RESPECTE par nos politiques, les responsables des institutions et les financeurs.

Ne pensez-vous pas que l'Hôpital, la Maison de retraite ou la Maison d'accueil a autre chose à faire que de s'occuper du maintien à domicile qui s'effectue en dehors de leur enceinte?

Pensez-vous réellement que le maintien à domicile est dans leur rôle sociétal?

10 % des familles choisissent l'institutionnalisation de leur parent, nous respectons  cette décision de leur libre choix. Est-ce une raison pour en faire une généralité?

Est-il normal de lire sur certains sites que l'institutionnalisation est irrémédiable et devra se faire obligatoirement? 

 

Pourquoi?

Nos conjoints, nos parents n'auraient-ils plus le droit de mourir à la maison?


Il est certain que l'ensemble institutionnel public/privé, doit travailler pour un but commun: celui du bien-être médical et psychologique du malade, le respect de son libre choix et de celui de sa famille.

Certaines familles consultent directement à l'Hôpital, c'est aussi leur droit.

L'on-t-elle fait à la demande de leur médecin de famille afin que ce dernier se voit conforter dans son pré-diagnostic?
Le remplacement de l'aidant familial pour ses moments de répit, n'entre pas dans le rôle d'une Institution, il doit rester dans le libre choix de la famille.

Par contre oui, les Services des Départements et les CCAS des communes doivent être parties prenantes dans la mise en place de tels services.

Mais faisons attention, trop de participants, trop d'intermédiaires, trop de "décideurs" compliquent les choses et rien n'est fait. 

Chacun doit rester dans son rôle: celui pour lequel il existe.

Le plan Solidarité Grand Age prévoit dans le cadre du maintien à domicile le développement d'idées innovantes du genre "Baluchon" et la publication d'une liste de professionnels par les CLIC.

Le modèle "Baluchon d'Alzheimer" est déposé. C'est un service de remplacement de l'aidant A DOMICILE et d'accompagnement pour la famille, il doit être reconnu et considéré comme tel, dans son intégralité (forme et fond).

Il n'est en rien l'antichambre d'une institutionnalisation du malade.

Nous serons très vigilants sur le choix du professionnel qui viendra à domicile prendre la place de l'aidant familial, conjoint, enfant, pour quelques jours et nuits, sous le contrôle médical et sanitaire du médecin de famille et de l'équipe médicale (infirmières, kiné...), et qui ne pourrait-être qu’une « Baluchonneuse agréée et formée dans le respect du concept de sa créatrice.

Plan d’Aups, 6 juillet 2006 

 

 
< Précédent   Suivant >
facebook

hardy

 
Cliquer pour télécharger la présentation
(L'Amitié - Françoise Hardy)

Qui est en ligne

Visiteurs: 1066835