"Lés gardarem à l'oustaou" Expérimentation

Déclarée cause nationale pour l'année 2007, la maladie d'Alzheimer ne dispose aujourd'hui d'aucune voie de guérison et la majorité des familles maintiennent leur malade à domicile. Aujourd'hui personne n'ignore le rôle important des aidants familiaux, la nécessité pour eux, au fur et à mesure que la maladie avance, de disposer de moments de répits.

Le plan Solidarité Grand Age de juillet 2006 a entre autre pour objectif, " de permettre aux personnes de rester à domicile si elle le souhaite en offrant tous les soins nécessaires, des traitements les plus simples aux plus complexes" et "de mettre en place des formules innovantes sur le modèle de Baluchon canadien", de remplacement de l'aidant pendant ses moments de répit et la volonté d'une professionnalisation des intervenants à domicile.

Notre projet "Lés gardarem à l'oustaou" répond à la mise en place de formule préconisée par le plan.

Notre approche est globale et très innovante. Notre concept définit les modalités de soutien et d'accompagnement à domicile des malades et de l'aidant familial pour favoriser ses moments de répit, sur toute l'année, avec un intervenant unique, de profession médicale, sous le contrôle médical et sanitaire du médecin de famille:

- 2 jours par semaine, représentant dans l'année 72 interventions journalières d'une durée de 9 heures en continu,

- 1 week-end toutes les 5 semaines,  représentant dans l'année 18 interventions nycthémérales,

- 8  jours consécutifs,  représentant dans l'année 8 interventions nycthémérales.

Les intervenants à domicile sont dénommés "Gardian d'Aloïs".

Nous souhaitons que le projet soit soumis à une expérimentation d'une durée de 24 mois afin d'en effectuer une évaluation.

But de l'expérimentation:

Cet experimentation à pour but d'évaluer le principe d'accompagnement et de soutien à domicile pendant le répit de l'aidant, défini dans le projet de création "Lés gardarem à l'oustaou" et doit  répondre aux problèmes d'organisation, de recrutement, de type de contrat de prestation et de durée de l'essai, de formation, d'évaluation des "Gardians d'Aloïs", de satisfaction des familles, de financement global, de la possibilité d'extension à d'autres pathologies lourdes.

Un projet innovant:

L'innovation du projet "Lés gardarem à l'oustaou" réside dans le fait de pouvoir mettre à la disposition des familles un intervenant unique, soignant professionnel, apte à conduire le soutien et l'accompagnement à domicile. 

Ce n'est pas du gardiennage!

C'est un véritable soutien, un accompagnement qui nécessite une approche personnalisée, avec des activités adaptées aux besoins de la personne atteinte, aux différents stades d'évolution de sa maladie et nécessite aussi la sensibilisation, la formation des intervenants et intègre les besoins de l'aidant familial.

Les activités proposées en centre de jour sont des activités de groupe, à domicile les activités de bases sont du même type, mais doivent être individualisées, plus adaptées à la personne et au stade de sa maladie, donc individuellement plus performantes.

Notre projet "Lés gardarem à l'oustaou" est à mi-chemin entre le rôle accordé à une auxiliaire de vie dans la convention collective et celui des soignants des Services de soins infirmiers à domicile 'SSIAD).

C'est pour ces raisons que nous proposons une expérimentation avec dérogation et que nous présentons notre projet à l'appel à projet "Aide aux aidants" de la Caisse Nationale de Solidarité.

Un service accessible et adapté:

Le Service à domicile "Lés gardarem à l'oustaou" se doit d'être accessible et adapté aux besoins globaux de la famille par:

- une collaboration bien définie entre les différents acteurs,

- une coordination intégrant les dimensions socio-économique, organisationnelle et humaine

- un soutien et un accompagnement par une personne compétente et professionnelle.

Une coordination:

La coordination du service "Lés gardarem à l'oustaou" exige la maîtrise de différentes connaissances et compétences :

- sur la maladie,

- sur le réseau et les ressources existantes dans le département,

- une expérience confirmée auprès des personnes atteintes et des aidants familiaux.

La coordination assure:

- les visites à domicile,

- le recrutement,  la formation, le soutien, l'évaluation des "Gardians d'Aloïs",

- la promotion auprès des intervenants extérieurs, professions médicales, Conseils Généraux, DDASS, CLIC, CCAS.

- le suivi auprès des familles,

- l'évaluation globale du service rendu et particulière à chaque famille,

- la rédaction des rapports.

Le soutien indispensable de l'aidant familial répond aussi à son besoin d'assistance dans tous les volets de la prise en charge (juridique, médicale, socio-économique…).

"Gardians d'Aloïs":

l'art et la manière de créer et garder la confiance:

Il y a nécessité d'osmose entre le "Gardian d'Aloïs, l'aidant familial et la personne atteinte.

L'entrée dans le cercle familial est une étape cruciale pour la réussite du soutien et de l'accompagnement.

Au-delà des compétences, la confiance suscitée par le "Gardian" est décisive dans les relations avec la personne atteinte et l'aidant.

Le "Gardian"  sera alors en mesure de remplir adéquatement son double mandat:

- permettre à la personne atteinte de passer un moment stimulant, agréable et chaleureux en sa présence,

- permettre au proche aidant de connaître un véritable répit parce qu'il sait la personne atteinte entre de bonnes mains.

Le "Gardian", cette personne extérieure au milieu familial, qui s'immisce au domicile et dans l'intimité des gens, doit être capable de créer une relation de confiance et de s'adapter rapidement au milieu familial.

Les attitudes, la motivation à apporter, son soutien, son accompagnement des familles en Alzheimer, l'autonomie, le sens des responsabilités, les capacités d'observation, la connaissance de la réalité de l'aidant familial, doivent servir de critères de sélection, au même titre que les diplômes et l'expérience professionnelle.

 

Objectifs du projet:

Nous affirmons vouloir dans le cadre de notre projet "Lés gardarem à l'oustaou":

favoriser le maintien des capacités, de l'autonomie et de l'estime de soi de la personne atteinte en animant et en enrichissant son quotidien,

- favoriser et adapter la formation des intervenants soignants à domicile,

- réduire le fardeau, le risque d'épuisement, de dépression de l'aidant familial, son sentiment d'impuissance, d'irritation et de culpabilité, lui permettre de créer une relation avec une personne extérieure et lui fournir l'aide nécessaire pour mieux - supporter le fardeau quotidien de sa tâche,

- valoriser le rôle du proche aidant, soutenir celui-ci par le conseil et l'information,

- promouvoir et favoriser la participation des composantes de la famille à la vie sociale.

 

Plan d'Aups, 30 mars 2007

 
< Précédent   Suivant >
facebook

hardy

 
Cliquer pour télécharger la présentation
(L'Amitié - Françoise Hardy)

Qui est en ligne

Visiteurs: 1066817