Communiqué de presse 21/01/2008

Plan Alzheimer: Arrêter les palabres,  il est urgent d'agir !

Nous avions apporté un premier satisfecit aux 48 propositions du Professeur Ménard.

Le Plan Alzheimer,  promis au 1er janvier tarde à venir. Ce retard inquiète les Familles.

Allons nous entrer en désespérance?

Il apparaît très clairement que les Technostructures des Ministères concernées ayant été écartées de la conception du plan, contrairement aux précédents, tergiversent (c'est vraiment trop gentil) dans les choix nécessaires et leurs financements.

Les Ministères négocient. QUOI?

Tout a été dit, pensé et écrit par la commission Alzheimer!

Repris, redit dans le forum sur le site de Matignon.

L'affirmation du rôle des départements dans le médico-social prévu par le Professeur Ménard dans son rapport ne semble pas avoir été accueillie avec enthousiasme par certaines Directions Centrales et Organismes Sociaux.

Pour la CNSA la prestation universelle n'apparaît pas comme une priorité. Elle garde comme principe qu'il n'y a pas lieu de créer ou de développer des SSIAD sur un Département à forte densité d'infirmiers (ères) en profession libérale, perpétuant ainsi les exclusions à la continuité des soins et entre territoire.

Nous ne sommes pas les seuls à contester que pour satisfaire les besoins de répit des aidants familiaux, seuls les créations d'accueils de jour, accueils temporaires, soient l'unique solution.

Ces types de politique sont sources d'exclusions et de discriminations, tant au niveau des territoires sur un même département, qu'entre malades.

Financer des places en maison de retraite médicalisées et ou spécialisées Alzheimer, pour obtenir un coût pour les patients de 2000 à 3000 euros mensuels (jusqu'à 6000 euros dans certains départements), apparaît de plus en plus inacceptable pour les familles et discriminatoire.

Il est INADMISSIBLE, que des associations accréditées par des Organismes Sociaux, puissent se passer d'autorisation Préfectorale lorsqu'elles interviennent comme des Services de Soins Infirmiers.

 

Dans quelle république vivons-nous?

Allons nous enfin sortir de ce type d'économie mixte qui larve notre société, plombe les comptes sociaux, crée discrimination et exclusion ?

 

Les estimations de personnes atteintes de démence sont effectuées à partir des modèles Eurodem et Paquid par la DGASS et les DRASS, avec un écart de plus de 12%.

Ce n'est que dans l'annexe 7 du rapport de la Commission Alzheimer chapitre 3, page 88, qu'est abordé l'incertitude des chiffres ou la Commission, comme tout un chacun, "prend bonne note des chiffres couramment cités" (850000 personnes atteintes dont 32000 jeunes, 225000 nouveaux cas par an). La commission ne cite pas les modèles utilisés.

Aujourd'hui les chiffres officiels du Ministère de la Santé des personnes atteintes de la Maladie d'Alzheimer sont ceux en affection longue durée, précisée dans le rapport du Professeur Ménard: 350000 cas.

Le nombre annuel de cas diagnostiqués et reconnus en ALD n'est pas publié.

QUI A VOULU TROMPER QUI ? ET POURQUOI?

Ce sont les mêmes caciques, forcenés d'une institutionnalisation de nos épouses, de nos époux, de nos mères de nos pères, qui refusent d'admettre que les familles, les aidants familiaux, épouses, époux, enfants, qui vivent 24 heures sur 24, 365 jours sur 365, années après années, ont une petite idée sur la manière de satisfaire les besoins globaux du malade et de l'aidant !

C'est pourtant simple:

Nous voulons que ce plan porte l'espoir de guérison sous le contrôle du Médecin traitant,

Nous voulons que soit offert à la personne atteinte, à l'aidant et à sa famille, dès le moment crucial du diagnostic, un accompagnement optimal à domicile tout au long du parcours en Alzheimer.

Nous voulons le maintien à domicile de nos malades, comme ils l'ont toujours exprimé au début de la maladie et désirons des services de soins, d'aide et d'accompagnement à domicile.

Nous exigeons deux MESURES URGENTES D'EQUITE:

- La création d'une prestation universelle pour chaque malade en ALD, fonction du degré de dépendance comme la PCH, quel que soit le lieu de résidence, domicile ou établissement,

- La création et le développement dans chaque département de services polyvalents à domicile de soins, de soutien et d'accompagnement.

Plan d'Aups Sainte Baume

Le 26 janvier 2008

Jean-Claude Caudéran

 
< Précédent   Suivant >
facebook

hardy

 
Cliquer pour télécharger la présentation
(L'Amitié - Françoise Hardy)

Qui est en ligne

Visiteurs: 1119238